Workshop à l’ECV



Du 23 au 27 avril j’ai été invitée à mener un workshop à l’école parisienne l’ECV (École de Communication Visuelle) auprès d’une trentaine d’étudiants de classe préparatoire.

Voilà le sujet que j’ai proposé

Découper le sens // Illustration et édition
Réalisation d’un petit livret graphique et textuel.

La déclinaison d’une seule image imprimée en plusieurs exemplaires devra servir à l’illustration de tout un texte. Le texte et l’image seront à choisir parmi une sélection hétéroclite d’oeuvres anciennes et contemporaines. Il s’agira de créer un lien fort entre le texte et l’image.Ce lien pourra s’imaginer dans un rapport d’harmonie ou de conflit, être d’ordre narratif ou musical… Le cadrage, la gestion des « blancs » du papier, la forme des découpes, la répétition d’éléments, le choix de la typographie, tout devra faire sens et converger vers ce que vous voulez faire ressentir à la lecture de votre livret.

L’idée était donc de réapprendre à travailler avec un matériau limité en se concentrant sur sa faculté à imaginer.

Textes et images mis à disposition
Hourra !
Yasunari Kawabata, Récits de la paume de la main
À force de les voir, Boris Vian, Cantilènes en gelée
Première ébauche d’une main
, Francis Ponge, Pièces
À perte de vue, Alain Bashung et Jean Fauque
Lexique des échecs
, Ben Schott, Les miscellanées de Mr Schott

Le polder anversois, Abel Grimer
L’homme du large
, René Magritte
Carte postale
extraite de la collection de Martin Parr
La belle et le clochard
, film d’animation, Walt Disney
L’ami américain
, film, Wim Wenders

Quelques extraits des livres réalisés.

Léa Camilleri

Aurélie Mansion

Benjamin Saluppo

Flore Meier

Lucas Léglise

Voilà donc un aperçu de la diversité des combinaisons possibles entre les textes et les images, et des idées qu’elles ont suscité. Il y a eu beaucoup de belles propositions menées avec élan par une majorité d’étudiants. Les différents partis pris apportaient à l’ouvrage une dimension tantôt inquiétante ou espiègle, un mouvement raffiné ou bien grotesque. Les livres les plus réussis étant ceux qui liaient et soignaient avec la même finesse le fond et la forme, et dont les caractéristiques variaient manifestement d’un étudiant à l’autre: on pouvait y lire la fragilité, la minutie, l’impulsivité, la logique…

Alors je remercie les étudiants pour leur enthousiasme souriant et leur application, ils ont rendu le dialogue très agréable, et notre échange pertinent et constructif il me semble. Et un grand merci à Suzanne pour son invitation et son accueil formidable !

Comment / Commentaire

  1. Adrien — 05/18/2012 ¬

    Les mots sont fins, le compte-rendu est riche. Merci.

Leave a reply / Écrire un commentaire

-->