L’instant décisif



J’ai animé un nouveau workshop à l’ECV le mois dernier avec une quinzaine d’étudiants. Cette fois-ci le sujet que je leur proposait s’orientait sur la narration propre à la bande-dessinée tout en s’inspirant de procédés cinématographiques.

 » Vous devrez partir d’une photo existante parmi une sélection que je vous proposerai, pour inventer le scénario qui la précède. Ou comment en est-on arrivé à cette scène, jusqu’à ce point d’acmé dans l’intrigue. Vous nous raconterez l’histoire en roman-photo ou en bande-dessinée.

Votre récit devra être narré à la manière de l’un de ces cinéastes :
façon Frederico Fellini
façon Woody Allen
façon Jacques Tati
façon Alfred Hitchcock
façon Friedrich Wilhelm Murnau
façon Quentin Tarantino « 

 » Il s’agira d’endosser le rôle de scénariste afin d’inventer les péripéties qui ont conduit à cet instant précis de l’histoire. Vous devrez créer les événements en série, les catastrophes, les coïncidences heureuses et malheureuses, qui auront amené les protagonistes dans cette situation désobligeante ou favorable. Il nous faudra de l’action, de l’émotion, des sentiments. Faites-nous haleter, faites-nous rêver, donnez-nous du suspense, de la scène culte, du dialogue d’anthologie, des révélations, des baisers, des accidents. « 

La difficulté du sujet était sa multiplicité car il fallait travailler simultanément et en très peu de temps (5 jours) le scénario, le découpage, les dialogues, le style graphique, la présentation de l’objet final… tout cela en s’imprégnant du style du cinéaste choisi. Les projets des étudiants assidus ont évolué de façon assez remarquable, parfois étonnante et audacieuse dans les dialogues et l’invention des péripéties. Quelques extraits qui donnent une idée de la diversité des réalisations des étudiants.


Leave a reply / Écrire un commentaire

-->